III. Sensitivité électrique

I. Ondes électromagnétiques ] II. Champs magnétiques ] [ III. Sensitivité électrique ] IV. Kundalini ] V. Soleil sous l'horizon ]

o v n i s  :   l ' a r m é e   d é m a s q u é e

Précédente Accueil     Remonter  Suivante




Table des  matières 

   

Références 

   

Télécharger 

   

Ouvrage  imprimé 

   

   

III. Syndrome de sensitivité électrique

Michael Shallis qui le premier a défini ce syndrome a constaté qu’environ 80% des " sensitifs électriques " sont des femmes, que 70% d’entre eux souffrent d’allergies multiples et qu’ils sont également hypersensibles à la lumière vive (70%) et aux signes avant-coureurs d’orage (60%). En outre, 69% d’entre eux affirment avoir eu des expériences " paranormales " [KR92 p. 138].

Kenneth Ring cite plusieurs témoignages de " sensitifs électriques " dont nous reproduisons ici quelques extraits afin d’illustrer ce syndrome [KR92 p. 135-137] :

" J’ai constaté que certains appareils électriques ou électroniques (par exemple des batteries de voitures, circuits électriques, lampes, montres, magnétophones, ordinateurs, etc) se détraquaient en ma présence plus fréquemment qu’avant, autant que je m’en souvienne. "

" […] Les écrans affichent n’importe quoi, les téléphones crépitent, saturés d’électricité statique, et les appareils électriques grillent beaucoup trop fréquemment. "

" Je n’ai apparemment guère de chance avec les appareils électriques. Les aspirateurs fonctionnent pour le reste de la famille mais pas pour moi. La plaisanterie classique entre nous quand je suis dans la voiture consiste à repérer les lampadaires dont les lampes s’éteignent quand je passe à leur niveau. "

" […] J’ai des tas de problèmes : beaucoup d’ordinateurs tombent en panne, les lampes explosent quand je passe dessous. […] Toutes mes montres se détraquent en un rien de temps. "

" […] Chaque fois que j’actionnais un interrupteur, la lampe explosait, cessait de fonctionner ou grillait. "

" Si je déplace une lampe, l’ampoule explose ; des appareils électriques neufs se détraquent. "

En 1994, Albert Budden proposait aux enquêteurs un questionnaire permettant d’évaluer dans quelle mesure un sujet est un " sensitif électrique " en reprenant les symptômes constitutifs du syndrome et leur possible origine [AB94 p. 71-72]. Nous le détaillons ci-dessous :

Recherche du syndrome de sensitivité électrique

Pour chaque question, indiquer si la situation a empiré depuis la vision de l’ovni et / ou l’expérience d’enlèvement.

Nous indiquons quelques commentaires en italique. Il faut noter que pour Albert Budden, la sensibilité du sujet aux phénomènes électromagnétiques est indiscutablement la cause de son EMI (expérience de mort imminente) ou de sa RR4 (rencontre rapprochée du 4ème type), expériences qui peuvent encore accroître cette sensibilité, alors que pour Kenneth Ring, cette sensibilité en est seulement la conséquence. Il est donc important de préciser si cet événement a modifié la situation.

  1. Vos yeux sont-ils particulièrement sensibles à la lumière ?

  2. Il faudrait ajouter l’hypersensibilité au bruit, aux vibrations et à la foule, et la possibilité d’entendre les micro-ondes à certaines fréquences sous forme d’une sorte de code Morse, de cliquetis ou de sifflements.

  3. Les tubes fluorescents vous fatiguent-ils ou vous rendent-ils malade ?
     

  4. Les ampoules électriques semblent-elles durer peu de temps chez vous ?
     

  5. Les appareils électriques s’allument-ils ou s’éteignent-ils parfois tout seuls chez vous ?

  6. Les questions 3 et 4 font référence à des phénomènes classiques de poltergeist d’origine électromagnétique. Il faudrait ajouter que les appareils électriques ou électroniques se détraquent souvent en présence du sujet.

  7. Les montres à quartz ou autres sortes de montres fonctionnent-elles mal quand vous les portez à votre poignet ?
     

  8. Vous sentez-vous mal à l’aise dans des vêtements synthétiques et ne supportez-vous que les matières naturelles ?
     

  9. Avez-vous parfois la certitude que quelqu’un ou quelque chose est dans la même pièce que vous, alors que vous ne voyez rien de particulier ?

  10. Cet effet peut être reproduit en appliquant un champ magnétique au cerveau [AB98 p. 23 et 58 citant les recherches de L. Ruttan, M. Persinger et S. Koren].

  11. Êtes-vous allergique au gaz de ville ?

  12. Pour Albert Budden, les allergies sont liées à l’hypersensibilité électromagnétique.

  13. Êtes-vous allergique au parfum, à l’après-rasage, au maquillage, à l’essence, à l’odeur de peinture, aux aérosols, etc ?
     

  14. Êtes-vous allergique à certains aliments ou à certaines boissons ?
     

  15. Y a-t-il parfois des périodes de la journée au sujet desquelles vous n’avez aucun souvenir de ce que vous avez fait ?

  16. Ces périodes appelées " missing time " dans le jargon ufologique correspondent à un état dans lequel le sujet a un comportement automatique dont il ne conservera aucun souvenir. Le somnambulisme en est un bon exemple.

  17. Le temps vous semble-t-il parfois ralentir ou s’écouler très vite ?
     

  18. Sentez-vous parfois des ondulations électriques douloureuses sous la peau ?

  19. Cet effet est appelé fasciculation.

  20. Notez-vous toutes vos " expériences " ou écrivez-vous beaucoup ?

  21. Albert Budden constate un goût prononcé pour l’écriture chez les " sensitifs électriques ", souvent sur des thèmes religieux ou ayant une dimension cosmique. Certains sujets ont aussi rapporté la faculté de " parler en langues ", phénomène bien connu des communautés du renouveau charismatique, et qui pourrait être dû à une perturbation d’origine électromagnétique affectant les aires du langage (aires de Broca et de Wernicke).

  22. Avez-vous souvent une sensation de " déjà-vu " ?
     

  23. Voyez-vous des boules de lumières chez vous alors que les autres ne les voient pas ?

  24. Ce type d’hallucination provoquée par un champ électromagnétique a été reproduit en laboratoire.

  25. Etes vous particulièrement sensible aux éclairs d’orage ou au passage d’un avion ?
     

  26. Avez-vous déjà été proche du point d’impact d’un coup de foudre, été proche d’une boule de foudre ou été électrocuté(e), etc, lorsque vous étiez plus jeune ? Sinon, est-ce arrivé à votre mère lorsqu’elle était enceinte de vous ?

  27. Albert Budden ajoute à cette liste les cas de défibrillation (en réanimation cardiaque) et de thérapie par électrochocs. Notons que l’existence de la foudre en boule est très contestée dans le milieu scientifique.

  28. Étiez-vous un bébé prématuré ?

  29. Les couveuses produisent généralement un champ électromagnétique ce qui pourrait créer une sensibilisation chez l’enfant [AB98 p. 164 citant C. Smith, R. Choy et J. Monro].

  30. Avez-vous une tendance au diabète ou à l’hypoglycémie ?

  31. Selon Albert Budden, le pancréas serait particulièrement sensible aux rayonnements électromagnétiques qui pourraient perturber son fonctionnement.

  32. Vivez-vous près d’un pylône électrique, une ligne à haute tension, une antenne radio émettrice, une tour de télécommunication, un transformateur électrique, etc ? Vivez-vous près d’un cours d’eau ou une rivière souterraine, ou près d’une faille géologique ?

  33. Albert Budden ajoute à cette liste les zones militaires à cause des radars et des émissions radio. Il considère empiriquement que la distance critique est de 450 à 750 m environ entre la source électromagnétique et l’habitation du sujet. Cependant, à Paris, des milliers de gens vivent près de la tour Eiffel au sommet de laquelle se trouve un puissant émetteur de télévision sans en être incommodés. Cette question a donc ses limites et appelle une vérification à l’aide d’appareils de mesure de la présence des champs électriques et magnétiques supposés.

  34. Avez-vous parfois les poils qui se hérissent ?
     

  35. Avez-vous peur d’être électrocuté(e) ?
     

  36. Vivez-vous des expériences " paranormales " (précognition, télépathie, clairvoyance, don de guérison, psychokinèse, décorporation, etc) ?

  37. En 1998, Albert Budden a proposé une nouvelle version de son questionnaire [AB98 p. 25-29]. La formulation de certaines questions a été modifiée sans grande incidence, les questions 5, 17, 19, 20 et 23 ont été supprimées et les questions suivantes ont été ajoutées :

  38. Avez-vous eu une enfance heureuse ? Sinon, expliquez brièvement pourquoi.

  39. Kenneth Ring a évoqué chez les victimes d’une EMI ou d’une RR4 la possibilité d’avoir été un enfant maltraité ou victime d'abus sexuels.

  40. Prenez-vous fréquemment des décharges d’électricité statique en touchant une poignée de porte, une voiture, etc ?
     

  41. Sentez-vous parfois un goût métallique dans la bouche ?

  42. Ce goût pourrait être dû à la présence d’un champ électromagnétique agissant sur les plombages dentaires à l’intérieur de la bouche.

  43. Êtes vous sensible aux médicaments, particulièrement aux antibiotiques ?
     

  44. Des objets disparaissent-ils parfois de chez vous, ou certains objets se comportent-ils de façon bizarre ?

  45. Cette question fait référence à des phénomènes de poltergeist d’origine électromagnétique : disparition d’objets à la suite d’un déplacement inconscient par le sujet lorsque celui-ci est victime d’une épilepsie temporale, lévitation ou psychokinèse.

  46. Avez-vous déjà ressenti un silence total et anormal autour de vous ?

  47. Cet effet est dû à un champ électromagnétique agissant sur le cerveau du sujet et est parfois rapporté face à une apparition d'ovni. Il peut être reproduit en laboratoire [AB98 p. 196 citant les travaux de R. Thompson].

L’ensemble de ces questions donne une idée générale de la sensibilité du sujet aux phénomènes électromagnétiques et permet d’évaluer si celle-ci est supérieure à la moyenne. Comme le suggère la question 21, cette sensibilité va de pair avec le fait d’être exposé en permanence à une source de rayonnement électromagnétique. Ce questionnaire n’est pas formulé de façon très rigoureuse et il ne pourrait être utilisé en l’état pour une étude statistique, mais telle n’est pas sa vocation. Les réponses doivent en effet être recueillies lors d’un entretien informel par un enquêteur qui connaît bien le syndrome de sensitivité électrique. Nous avons interrogé 10 personnes n’étant pas atteintes de ce syndrome afin d’obtenir une moyenne de référence pour les gens " normaux ". Celle-ci est de 4,5 réponses en faveur du syndrome pour les 30 questions posées. A contrario, on peut penser qu’une personne " sensitive électrique " obtiendra 4 fois plus de réponses positives soit au moins 18/30. Ce questionnaire est donc largement discriminant en l’état, même si les questions 1, 15, 21, 22 et 26 ne le sont pas individuellement puisque nous obtenons autant sinon plus de réponses positives dans notre groupe de contrôle pour ces questions. Il semblerait donc judicieux de les retirer du questionnaire pour ramener celui-ci à 25 questions. Cela étant, il apparaît clairement qu’un sujet " sensitif électrique " ne peut ignorer sa condition particulière même s’il ne la nomme pas, tellement celle-ci est caractérisée, et l’enquêteur devrait pouvoir la reconnaître facilement.
 

OU TROUVER
Appareil pour mesurer et identifier sa sensibilité électrique
Appareils pour mesurer les champs électriques alternatifs et continus
 
Matériel pour se protéger des champs électriques (et des ondes électromagnétiques)
Vêtements pour se protéger des champs électriques (et des ondes électromagnétiques)
 
  
                 

Cet ouvrage est interactif. Si vous souhaitez y faire apporter une correction
ou des précisions,
vous pouvez contacter l'auteur

Précédente Accueil     Remonter  Suivante